Caissons hyperbares

Les applications possibles de l'oxygénothérapie hyperbare


Les exemples les plus courants de l'utilisation de l'oxygénothérapie hyperbare :

- l'emphysème post-bronchite,
- la maladie de décompression,
- des blessures difficiles à guérir, causées par brûlure, lacération, écrasement etc.
- le pied diabétique,
- la rétinopathie diabétique,
- la néphropathie diabétique,
- l'anémie,
- l'intoxication au monoxyde de carbone,
- l'intoxication au monoxyde de carbone associé à un empoisonnement au cyanure,
- la gangrène gazeuse,
- l'écrasement des tissus suite à un traumatisme et autres ischémies traumatiques aiguës,
- l'abcès intracrânien,
- les infections nécrosantes des tissus mous (fasciite nécrosante),
- l'ostéomyélite,
- la détérioration des tissus suite à l'irradiation (nécrose des tissus mous et des os),
- les greffes de peau (à risque de complications),
- les brûlures thermiques.

L'oxygénothérapie hyperbare peut aussi être utilisé dans des cas tels que :

- les formes aiguës et neurologiques de la maladie de Lyme,
- l'accident vasculaire cérébral,
- les migraines,
- l'autisme,
- la trisomie 21,
- la paralysie cérébrale,
- abcès péridurale,
- la fibromyalgie,
- certains types de perte auditive,
- la sclérose en plaques,
- l'abcès épidural,
- les cystites radiques hémorragiques,
- l'état inflammatoire chronique des intestins,
- le psoriasis.

L'oxygénothérapie hyperbare uniquement sur un avis médical !